Alcools

Les larmes du devenir
des coeurs égarés nagent
dans la mémoire d'un verre
de sentiments perdus.
Les pleurs se resserrent puis longuement
se sèchent dans l'abreuvoir doré
où se baigne l'ivresse.
Assomoir dérisoire d'un écueil
envolé dans les blés fanés
de nos rêves obliques.
Le fumoir abrasé foule les ogives
et s'écrase assoiffé dans un nuage blanc.
La nucléaire vague s'évapore onirique
dans un sol irradié o
ù rampe et s'opère,
se creuse puis se terre,
le souvenir déçu des cendres éparpillés.